Netophonix - Le forum

Un petit univers pour les aventures, series, sketch en mp3 libre sur le net. Informez-vous et discutez sur toutes les sagas mp3.
Nous sommes actuellement le Mar 12 Nov 2019, 02:50
Rechercher dans tout le forum :

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
Message Publié : Dim 12 Juil 2009, 12:43  −  Sujet du message : [Lecture] Une petite nouvelle.... (partie 1 et 2)
Répondre en citant
Scénariste
Scénariste
Avatar de l’utilisateur
Masculin 28 ans · 198 posts
Inscription : 24 Juin 09
A travaillé sur :
La famille Douglas (scénario)
Calydon, Prémisses (scénario).
Kaïros (scénario).
Voilà, j'espère qu'on a le droit de poster des petits textes qui nous viennent comme ça et que, si c'est le cas, c'est bien dans cette rubrique... Je m'inspire du principe de Naëma et de son "petit texte qui passait par là" pour vous proposer la première partie d'une nouvelle, ou d'un conte cruel (je sais pas comment on peut l'appeler) que j'ai écrit d'abord avec le nouveau stylo qu'on venait de m'offrir. Je sais pas ce que ça vaut faites-moi part de toutes vos critiques et remarques, c'est grâce à elles que l'on peut s'améliorer. Je posterai la suite et fin bientôt.

Routine :

Il était une fois, dans un royaume perdu, un pauvre petit imprimeur qui aimait son métier, mais n'était pas riche. Il habitait dans une petite ville proprette proche de la campagne. Il vivait seul à l'exception de son chat, Samuel, son fidèle compagnon. La ville n'était pas très importante et Albert l'imprimeur n'était, de ce fait, pas surchargé de travail. Néanmoins, cela lui suffisait pour vivre décemment, cependant sans fioritures inutiles.

Tout a commencé un jour comme les autres, un jour d'été. L'air était chaud, la ville quasi-déserte dans la journée, les habitants préféraient sortir à la nuit tombée car l'air était plus frais. L'imprimeur s'était levé à cinq heures. Vers six heures trente, Jason, le commis du journal local, lui avait emmené le brouillon du quotidien, à imprimer à 200 exemplaires. Ensuite, à neuf heures trente, Albert avait prit son petit-déjeuner au troquet d'en face. Un café noir, sans sucre, un croissant, un jus d'orange et deux tartines à la confiture d'orange amère.
A dix heures, l'imprimeur retourna à son magasin. Joseph, le poète de la ville passa à dix heures et quart, il voulait faire publier son nouveau recueil à une cinquantaine d'exemplaires pour ses amis. Le chat d'Albert, qu'il emmenait toujours avec lui à l'imprimerie, se prélassait comme toujours au pied d'une chaise. C'était un beau chat siamois de quatre ans, avec un magnifique pelage noir. Les cinquante exemplaires imprimés, midi sonna. Joseph partit, Albert se rendit au bistrot « des copains », situé deux rues plus loin, pour déjeuner.
Il s'assit et commanda un plat du jour. Le plat du jour changeait d'un jour à l'autre. L'imprimeur aimait bien cela, car c'était la seule chose qui amenait un peu de surprise, d'inconnu, de mystère dans sa vie tranquille et bien réglé. Il arrivait au bistrot, s'asseyait, et, d'une main tremblante, sans un regard au tableau descriptif des plats, commandait, d'une voix hésitante, un plat du jour à la jolie serveuse. Au bout d'un moment, on lui apportait le plat. La tension était alors à son comble jusqu'à ce que la serveuse ne retire l'espèce de cloche à fromage en argent qui recouvrait l'assiette. Cette fois-ci, c'était du bœuf bourguignon avec des pommes de terre sautées. Le pouls d'Albert reprenait alors son rythme normal et la journée son court tout aussi normal.
Le bœuf bourguignon et les pâtisseries maison achevés, Albert retourna à son imprimerie pour faire sa sieste quotidienne de une heure à deux heures de l'après midi, heure de réouverture de l'imprimerie. Il s'allongea sur le petit lit de l'arrière- boutique, son chat blottit à côté de lui et s'endormit. Comme tous les autres jours, cette partie de la journée avait été normale, et Albert espéra en s'endormant que la deuxième serait tout aussi normale.
Mais voilà, sur le coup d'une heure et demie, on cogna contre la porte vitrée du magasin. Deux fois. Le bruit réveilla Albert, qui croyait, qui souhaitait plutôt que ce bruit ne fasse que partie de son rêve. Mais l'on cogna de nouveau. Le bruit résonna dans le corps de l'imprimeur. Pas de doute, quelqu'un était là. Tremblant de peur face à cette irruption de l'imprévu dans son quotidien, Albert se leva doucement et alla voir qui était là. Un moment de tension suffisait dans sa journée, il n'en avait pas besoin d'autre! En pensant à cela, il arrivera devant la porte du magasin. Ce qu'il aperçut le surpris au plus au point...

Derrière la porte se tenait une femme. Mignonne. Plutôt jolie même. Grande, blonde, yeux bleus, joli sourire. L'ombre du store rehaussait la pâleur de son visage. L'imprimeur la regardait, le visage hébété, incapable de faire le moindre mouvement. La femme cogna de nouveau.
-Bonjour, dit-elle. Vous êtes l'imprimeur? Ouvrez-moi s'il-vous-plaît!
Réagissant enfin, Albert ouvrit gauchement la porte.
-B..B...Bonjour mademoiselle...Qu..Qu...Que puis-je faire pour vous? Réussit-il à articuler.
-Hé bien, d'abord je me présente, je m'appelle Clotilde et je viens d'arriver en ville. Je suis allée au café d'en face pour savoir s'il y avait des offres d'emplois dans la ville. On m'a répondu que non mais l'on m'a tout de même conseillé de venir vous voir puisque vous êtes le seul en ville a ne pas avoir d'employés. Et me voilà!
Retrouvant son sang-froid, Albert réussit à répondre correctement cette fois-ci :
-Ben, je peux pas vous dire qu'on a trop de travail, mais pourquoi pas... Je dois quand même vous prévenir que la paye n'est pas fantastique et les horaires contraignants.
-Le travail ne fait pas peur! Je ne suis pas non plus grande dépensière, si le salaire est suffisant pour vivre, ça me va!
-Vous êtes engagée alors. Venez je vais préparer du thé.
Clotilde le suivit dans l'arrière-boutique. Celle-ci était assez grande, puisqu'il y avait de la place pour y mettre un lit, une petite table et ses deux chaises et une poêle. Pendant qu'ils buvaient le thé, Clotilde lui raconta son histoire. Elle était née dans un village pauvre proche de la capitale du royaume. Ses parents étaient morts quand elle avait trois ans, pendant la guerre civile. Comme des milliers d'autres enfants, elle avait été placée dans un orphelinat de la capitale, où les conditions de vies étaient très dures. Néanmoins, elle y avait appris à toujours se débrouiller seule dans la vie. Quatorze ans plus tard, lorsque la guerre se termina, le pays étant redevenu stable, elle décida de s'enfuir pour voyager. Elle n'avait plus ni famille ni endroit où aller, plus aucune attaches. Elle partit seule une nuit avec pour seul bagage sa débrouillardise. Pendant près de huit ans, elle avait sillonné le pays, vivant de petits boulots, ne restant jamais plus d'un mois au même endroit. Mais maintenant , elle était fatiguée, elle sentait qu'il lui fallait une pause, il fallait qu'elle souffle quelques années. Quand elle avait vu la ville d'Albert, la tranquillité de ses habitants, elle avait su que c'était ce qu'il lui fallait. Albert, passionné avait écouté son récit jusqu'à la fin.
Soudain, l'on cogna à la porte. Comme s'il venait de se réveiller d'un long rêve, Albert regarda l'horloge : deux heures et demie! Il aurait dû avoir ouvert il y a une demie heure! Il se leva précipitamment et se dirigea vers la porte. Pendant qu'il allait ouvrir, Samuel, réveillé par le bruit, tourna la tête et aperçut Clotilde pour la première fois. Celle-ci, de dos, finissait son thé. Immédiatement, les poils de Samuel se hérissèrent et il couru se cacher sous le bureau d'Albert. Celui qui tembourinait ainsi était Edmond, le sergent de ville. Albert ouvrit la porte et le laissa entrer.
-Hé bé Albert, ça ne te ressemble pas d'ouvrir en retard! Tu as un problème?
-Non, non, répondit Albert, j'étais avec ma nouvelle employée, nous buvions du thé.
Clotilde apparue dans l'embrasure de la porte de l'arrière-boutique.
-Bonjour monsieur, dit-elle, je m'appelle Clotilde.
-Clotilde, je te présente Edmond, le sergent de ville.
-Bonjour mademoiselle, salua Edmond, alors c'est elle qui est à l'origine des chamboulements de ta journée? puis d'un ton plus bas, hé bé, toi, tu t'embêtes pas pour le choix de tes employés! Si on pouvait avoir des gardes comme ça au guet, on aurait pas de problèmes de recrutement!
-Qu'est ce qui t'amène ici Edmond, demanda Albert, faisant comme s'il n'avait rien entendu.
-Faut que tu m'imprimes cet avis de recherche, y'a un voleur de poules dans la région! dit Edmond en lui tendant un papier.
-Très bien, je m'en occupe, ça me permettra de montrer les rudiments du métier à Clotilde. Au revoir Edmond.
-A la prochaine Albert, au revoir mademoiselle.
Edmond parti, Albert expliqua un peu le métier d'imprimeur à Clotilde, qui se révéla être une bonne élève. Ils imprimèrent jusqu'à la fin de l'après-midi. Edmond vint chercher ses affiches à la fermeture du magasin. Clotilde rentra à son hôtel et rendez-vous fut pris le lendemain à 6 heures devant la boutique.
Albert arriva chez lui un peu plus tard que d'habitude. Il se sentait euphorique. Cependant il ne changea pas ses habitudes : il mangea, lu un peu devant la cheminée éteinte et monta au grenier voir sa collection de livres anciens, dont certains étaient dans un piteux état, qui était sa fierté. Finalement, il se coucha, comme tous les soirs, assez tôt, Samuel dormant au pied du lit.
Les jours suivants, Albert et Clotilde travaillèrent ensemble. Clotilde apprenait vite et pouvait être autonome. Une solide histoire d'amitié s'installa entre eux. Le matin et à midi, ils allaient manger tout les deux mais chaque fois dans un autre restaurant. Le soir, avant de rentrer, ils se baladaient, mais toujours en prenant des itinéraires différents.... Albert était d'un côté très satisfait de sa nouvelle vie, mais d'un autre, il n'aimait pas trop tous ces changements, cependant il s'en gardait bien de le dire à Clotilde, pour ne pas la vexer.

Petit à petit, l'amitié céda la place à l'amour et un beau jour, presque naturellement, Clotilde s'installa chez Albert.
Tout allait pour le mieux, même si petit à petit, Clotilde apposait sa marque dans la maison d'Albert. De petits changements surgissaient ça et là. Un fauteuil déplacé, un tableau remplacé.... Tous ces petits changements agaçaient Albert, qui ne ne disait rien, toujours pour ne pas faire de mal à Clotilde. La seule qui pouvait sembler bizarre pour l'instant, était que Samuel ne pouvait rester dans la même pièce que Clotilde. Les semaines passèrent, aucune semblable à l'autre. Clotilde faisait tout pour casser la routine, amener du changement dans le quotidien. Albert, lui, essayait tant bien que mal de garder ses habitudes. Un soir, après une journée plus fatigante que les autres pour Albert car Clotilde, qui ne se sentait pas bien le matin, n'était pas venue travailler avec lui, Albert monta, après le dîner, dans le grenier comme tous les soirs, pour y admirer sa collection de livres anciens. C'était une des seules habitudes qu'il avait pu garder de son ancienne vie. Arrivé dans le grenier, quelle ne fut pas sa stupeur de découvrir les rayonnages vides! Il descendit précipitamment et couru dans le salon.
-Clotilde, Clotilde! N'as-tu pas vu mes livres qui étaient dans le grenier? demanda t-il d'un ton paniqué.
-Quoi? Ha, ces vieilleries? Ben, tu sais, ce matin, après que tu sois parti, je me suis sentie mieux et j'ai décidé de faire un peu de rangement. Je suis montée au grenier et j'ai vu ces livres pleins de poussière et abîmés. Je les ai donné à la bouchère d'en face pour qu'elle allume sa rôtissoire .
-Tu...Tu...as donné MES livres à la bouchère? dit Albert en contenant sa colère.
-Oui, mais regarde partout dans la maison, des livres tu n'as que ça!
Albert se tu. La colère montait petit à petit en lui.
-Tu sais Albert, j'ai parlé avec un caravanier, il paraît qu'une expédition du royaume a découvert un nouveau continent, ils cherchent des volontaires pour peupler les colonies. Tu ne veux pas qu'on y aille? Ça fait un an que je suis ici, je pense que ma pause a été assez longue. Cette petite vie rangée ne me convient plus maintenant.. Partons Albert, partons vers l'inconnu!
Albert avait écouté Clotilde sans bouger. Alors qu'elle avait chamboulé sa vie, détruit ses habitudes, ça ne lui suffisait plus? Il fallait qu'en plus, elle jette sa précieuse collection de livres, et qu'elle lui demande de quitter le peu de choses qu'il lui restait? C'en était trop. Albert saisit le tisonnier et frappa Clotilde au visage. Une fois. Deux fois. Trois fois. Le corps de Clotilde tomba par terre dans un bruit sourd. Albert le mis dans le sac des bûches pour la cheminée. Il était plutôt léger, il pourrait facilement le transporter. Albert sortit de sa maison et marcha en direction de la campagne. Il arriva bientôt au pied d'un bosquet, à l'intérieur d'une petite forêt. Personne ne passait jamais par là. Une pelle était cachée derrière les feuilles. Albert la saisit et commença à creuser. A côté du trou, on pouvait deviner les forme de autres « tombes ». Déjà la troisième, pensa t-il, bah, de toute façon, dès le début j'ai senti que ça pourrait pas aller... Albert jeta le corps dans le trou et le referma. Il savait qu'il n'avait pris aucun risque. Le lendemain, il dirait que Clotilde était partie pendant la nuit. La voisine confirmerait en disant qu'elle avait entendu quelqu'un sortir tard dans la soirée. Clotilde n'avait pas de famille, personne ne la chercherait.. Les gens plaindraient Albert pendant quelques jours, puis oublieraient... Il retournerait à sa vie rangée et reprendrait ses chères habitudes.
-Le problème, dit Albert tout haut en s'adressant à la nuit noire, c'est quelle savent pas rester à leur place, elle sont impatientes, elles veulent trop de changements d'un coup... Enfin, espérons que la prochaine sera la bonne...


Edit : c'est vrai que ça fait un peu gros paquet... J'ai essayé d'améliorer la mise en page...

How many wood would a woodchuck chuck if a woodchuck could chuck wood?

L'humanité est bio-dégradable.

La réalité n'a pas plus de style que de talent. André Malraux


Dernière édition par Hikaru Shindo le Lun 13 Juil 2009, 14:40, édité 8 fois.

Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim 12 Juil 2009, 12:49 
Répondre en citant
Créateur
Créateur
Avatar de l’utilisateur
Masculin 29 ans · 852 posts
Inscription : 11 Décembre 07
A travaillé sur :
Dark Rooms, Medievil Redemption
Ouaaaaaaaaah ! Le gros paragraphe !! J'ai pas lu, mais n'y a t'il pas moyens de rendre la mise en page un rien plus accessible (tu sais, le non verbal, ça joue aussi dans un texte :() ?

Bububu Bubu Bububuuuuuuuuuuuuuu


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim 12 Juil 2009, 21:17 
Répondre en citant
Créatrice
Créatrice
Féminin 24 ans · 733 posts
Inscription : 17 Août 08
A travaillé sur :
Mechanical Dreamer
• La Conclusion
• Le Tablier Fantôme
Cambriolages
Welfe
• monos mp3

Actrice
• Groupe Thémis (Hikaru Shindo)
• Until the Dawn (Merween)
Tanirm, le bâtard assoiffé (Diwan)
Absurdisium 2 (Dychollin)
Projet saga mp3 sur les tueur à gage (Aspic & Ark)
RSKP 2172 (D6-BL)
• The Legend of Link : Ocarina of Time (Juu & Guix)
Chroniques de Ravnica (Szadec & Alinor)
Chouette, de la lecture ! :D

Pour l'instant ça m'a l'air bien, mis à part le fait que tu devrais plus rythmer tes phrases : n'hésite pas à utiliser les deux-points, points-virgules, etc. Une succession de phrases courtes peut donner un effet particulier mais seulement quand il est voulu (par contre, ne tombe pas dans l'effet inverse, les phrases qui deviennent des sables mouvants...).

Ceci dit, le reste est assez sympathique. J'ai juste relevé deux trois fautes :

Citer:
Le bœuf bourguignon et les pâtisseries maison achevées

Pas de e : ce sont le bœuf et les pâtisseries qui sont achevés, et le masculin l'emporte.

Citer:
que la deuxième en serait tout aussi normale

Pourquoi en ?

Citer:
que ce bruit ne fasse que partie de son rêve


Voilà, j'en ai manqué quelques unes, mais bon. :)
Continue ! ;)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim 12 Juil 2009, 21:27 
Répondre en citant
Comédienne
Comédienne
Avatar de l’utilisateur
Féminin 25 ans · 54 posts
Inscription : 25 Février 09
A travaillé sur :
Ricoh Rider (Anaïs)
Hachi Powaa (Gou)
Des Ba volontairement sans suite (CAHOTICA,Les Gardiens)
Très interessant! vraiment très interessant! :smt038
L'idée est tellement simple, nette et abordable que ça m'accroche. J'ai hâte de lire la suite! Que va-t-il arriver à Albert? Qui frappait à la porte avec insistance?

(ça me donne une idée, votre méthode de "livre en ligne", mais vous préférez quoi, chers lecteurs?
- Un fichier téléchargeable
ou
- Un texte direct?)

*Boulot, Néto,Dodo*
Venez voir mon deviant art:
http://art-of-kawaii.deviantart.com


***2B or not 2B? That's the question***


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun 13 Juil 2009, 14:33 
Répondre en citant
Scénariste
Scénariste
Avatar de l’utilisateur
Masculin 28 ans · 198 posts
Inscription : 24 Juin 09
A travaillé sur :
La famille Douglas (scénario)
Calydon, Prémisses (scénario).
Kaïros (scénario).
Naëma a écrit:
Voilà, j'en ai manqué quelques uns)


C'est quelques une, faute étant un mot féminin si je ne m'abuse... (haha je te tiens!) J'ai corrigé les fautes, merci de les avoir dépistées. Sinon, pour les phrases courtes, c'est fait exprès, mais comme ça a l'air de t'avoir choquée, ça doit pas paraître naturel. Voilà, j'ai posté la fin, c'est la première fois que j'écris quelque chose de "sérieux", j'ai plutôt l'habitude d'écrire des choses plus légère. Je remercie les quelques courageux qui ont pris la peine de tout lire et de donner leur avis (j'espère que j'en aurait autant pour la deuxième partie).

How many wood would a woodchuck chuck if a woodchuck could chuck wood?

L'humanité est bio-dégradable.

La réalité n'a pas plus de style que de talent. André Malraux


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun 13 Juil 2009, 17:02 
Répondre en citant
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur
Masculin 32 ans · 2720 posts
Inscription : 28 Mai 07
A travaillé sur :
Créateur :
Au Royaume d'Acana

Scénariste :
Le petit théâtre de MimiRyudo (Blast, François TJP)
Et la Terre éclata... (François TJP)
Le Choc des Zéros et son making-of (Le Mago, Mitch DSM, Blast)
La nuit des clés à molette (Kradukman)
Les échappés de Berçuel (Asmoth)
Messina (Luneral)
Monos dont le calendrier de l'avent (Diwan, Luneral, Blast), Le coach, Jacky et ses voisins (ép. 3)...
Pépins sous le Sapin (co-scénarisé avec @now@n et Azmar)

Acteur :
Les échappés de Berçuel (James),
ADN 2082 (ép 8 ; ép 17s) [i](François TJP)

Le Chevalier Bourré (ép 2.2.3) (fal)
Invités de Noël dans le calendrier de l'avent (Léopold) (Blast)
Les Hauts® Parleurs® (Directeur) (Arthur)
Art-of-Kawaii a écrit:
vous préférez quoi, chers lecteurs?
- Un fichier téléchargeable
ou
- Un texte direct?


L'avantage du fichier téléchargeable c'est la mise en page, beaucoup moins pratique à lire ici ;) Donc si tu as un site, n'hésite vraiment pas, ça ne dérange aucun potentiel lecteur de cliquer sur un lien :)

EDIT : Chose promise...
J'ai aussi relevé quelques fautes, que j'ai déjà oubliées ("court" au lieu de "cours", "chamboulé" et non "chamboulé" pour les 2 dont je me souviens). A part ça, quelques répétitions... mais ça reste très agréable à lire, rassure-toi ;)
Fait assez surprenant, tu fais plein de courtes phrases ! Généralement les premiers textes (mais c'est peut-être ton 30ème en fait...) sont peuplés de très longues phrases parce que "si on fait des phrases courtes ça fait pas beau" (c'est ce qu'on retient souvent de nos enseignements de français), alors qu'au final c'est parfois mieux de faire court (avec un t, cette fois :D).
Sinon concernant l'intrigue, ça fait très nouvelle, avec une chute bien trouvée et bien amenée.
En 5 mots : au plaisir de te relire ;)

Image Image Image
Image
Image Image
Ni tout à fait faux : un recueil de nouvelles qu'il est bien à lire !


Dernière édition par MimiRyudo le Lun 13 Juil 2009, 22:05, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun 13 Juil 2009, 19:48 
Répondre en citant
Créatrice
Créatrice
Féminin 24 ans · 733 posts
Inscription : 17 Août 08
A travaillé sur :
Mechanical Dreamer
• La Conclusion
• Le Tablier Fantôme
Cambriolages
Welfe
• monos mp3

Actrice
• Groupe Thémis (Hikaru Shindo)
• Until the Dawn (Merween)
Tanirm, le bâtard assoiffé (Diwan)
Absurdisium 2 (Dychollin)
Projet saga mp3 sur les tueur à gage (Aspic & Ark)
RSKP 2172 (D6-BL)
• The Legend of Link : Ocarina of Time (Juu & Guix)
Chroniques de Ravnica (Szadec & Alinor)
Ah zut, je me suis faite avoir. :D
Choquée est un mot un peu fort, c'est juste que certaines pourraient êtres liées pour rendre le texte plus fluide. ;)

J'ai lu la deuxième partie et j'avoue que la chute est très surprenante. Au départ, je n'ai pas compris pourquoi il la frappait ; d'accord, elle a provoqué des chamboulements, mais pas au point de la tuer...
Du coup, on a envie d'en savoir plus. Même si c'est fini. Pourquoi est-ce qu'il tue des femmes ?

Moi ça m'intéresse, en tout cas. :) Pas vous ?

Sinon, pour conclure, j'aime bien cette nouvelle. Continue comme ça !



Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun 13 Juil 2009, 20:52 
Répondre en citant
Comédienne
Comédienne
Avatar de l’utilisateur
Féminin 25 ans · 54 posts
Inscription : 25 Février 09
A travaillé sur :
Ricoh Rider (Anaïs)
Hachi Powaa (Gou)
Des Ba volontairement sans suite (CAHOTICA,Les Gardiens)
Wouah! J'en suis soufflé! Quelle chute!!! On aurait jamais dit que ça finirait ainsi! Albert, un tueur de femme...A part ça, j'ai beaucoup aimé ton style et ton idée! Continue! ;)

*Boulot, Néto,Dodo*
Venez voir mon deviant art:
http://art-of-kawaii.deviantart.com


***2B or not 2B? That's the question***


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre:  


Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze