Netophonix - Le forum

Un petit univers pour les aventures, series, sketch en mp3 libre sur le net. Informez-vous et discutez sur toutes les sagas mp3.
Nous sommes actuellement le Mar 25 Juil 2017, 06:50
Rechercher dans tout le forum :

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 
Auteur Message
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 01:28  −  Sujet du message : Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 25 ans · 2016 posts
Inscription : 11 Mars 07
A travaillé sur :
Participations 2012 : Tanirm le bâtard assoiffé (Diwan)
Javeldose a écrit:
Bonjour (et pas bonsoir), j’ai lancé le projet fou (diront certains) de reforger et de rassembler les différents topics d’aide au scénario pour qu’ils soient plus percutants, plus instructifs en somme. J’ai la chance, et ce n’est pas une capacité mais un concours de circonstance, d’avoir des cours de scénar et donc d’avoir un surplus de partie théorique qu’ont peu de créateurs (non concernés : Buxley, Flo, Valoo, et sans doute d’autres dont je ne suis pas renseigné). Évidemment, je ne compte en aucun cas m’approprier le mérite de mes comparses, rendons à César ce qui est à César, les références seront données en fin de post.
Les topics sont sous la forme thèse-arguments-exemples, vous rappelant que ces topics sont assez génériques, ont une portée communautaire et ne sont pas que fantaisie théorique, ils sont applicables.



Mettons les points sur les i : écrire un scénario, c’est un travail de longue haleine. Ça prend du temps pour pas un rond, ça requiert un minimum de réflexion.
Flo a écrit:
Moi je n'écris jamais de texte ni de scénario. Comme ça c'est réglé.

:D Certes, il existe des exceptions à la règle qui la rende d’autant plus véridique. Tous le monde n’est pas aussi doué pour l’improvisation. Et quand bien même ce serait le cas, la performance serait-elle du même acabit dans l’écriture ? (dixit Flo).

Si vous vous lancez dans une aventure comme celle de la réalisation mp3, sans scénario, vous allez vous casser les dents.



Il faut s’être initié à ce domaine pour espérer s’en détacher par la suite ; mais sans expérience aucune, à part un don du ciel valable pour 0,0000001% de la population mondiale, ou par un déclic fabuleux qui éclairera all of your life, vous devez passer par l’étape du scénario.


/ !\ Nous parlons bien de l’étape du scénario, pas des étapes de construction qui vont être proposées dans ce topic (bien qu’il faille en avoir pris connaissance pour passer outre). / !\




    Voici le plan de ce post :
Code:
Le processus d’écriture du scénario.

> I] Avant propos
> > a) Utilité du scénario de saga
> > b) Déconfiture du format mp3
> > c) Mise en page et formatage
> > d) Portée/Public de la réalisation


> II] Se lancer dans l’écriture
> > a) Le thème
> > b) L’idée principale
> > c) Le genre, l’époque, l’intrigue (la trinité)
> > d) Technique de rédaction


> III] Étapes et structure du scénario
> > a) L’armature du récit
> > b) Les étapes d’écriture
> > c) Exemple de construction typique
> > d) Le schéma actenciel


:smt023


I] Avant propos

Qu’est-ce qu’on entend par scénario ? Qu’est-ce concrètement que le scénario ? Ben le scénario, comme dirait l’autre, c’est un récit technico-littéraire destiné à être filmé, dessiné (dans le cas d'une bd), modélisé en 3D (cas d'un jeu vidéo ou d'un film d'animation) et plus spécifiquement pour nous d’être enregistré. Il fait partie intégrante des étapes, aussi élémentaires qu’importantes, d’une réalisation, et conclut la phase de développement du projet (j’y reviendrai) pour permettre de passer à l’étape suivante : l’enregistrement.



a) Utilité : mettons-nous d’accord : le scénario de saga mp3 n’est pas le même que le scénario télé, BD, cinéma ou de pièce de théâtre. Il a la même fonction, mais pas les mêmes fonctionnalités. Il faut se rendre à l’évidence ….. le mp3 n’a pas d’image !


Ça parait bête de le dire comme ça, mais replaçons-nous dans notre domaine. Nous ne sommes pas en train de réaliser un court-métrage avec caméras, micro canon, perche, rails de travelling, steadycam, etc … nous sommes encadrés (et non limités) par notre format audio. Certains diront que cela constitue un défaut, et là intervient l’utilisation du scénario-saga mp3 à sa juste valeur.


Explication : on n’a pas les images, ce qui nous fait tendre bien souvent vers la suggestion plus que par la réelle explication, ou alors par l’utilisation parfaite du son. La réelle déficience serait de tenter de contrer ça par l’emploi d’un narrateur (à moins que ce soit volontaire et que ça ait une importance scénaristique). Ces pseudo-faiblesses peuvent être bien au contraire des forces ! En effet, le support audio est, après le support papier, et selon moi, le format le plus adapté au milieu amateur. En effet, à moindre coût et moyens, on peut avec deux bouts de ficelles créer une réelle « création » correcte, qualitativement parlant (le cf le plus connu étant JBX, un micro posé sur une boite de benko)


:smt020


b) Déconfiture : considérons comme « faiblesse » le fait que tout ce que vous raconterez passera exclusivement par le texte et le son (ce qui n’est pas liberticide en soit, quand même). Votre auditeur/auditrice devra "s'imaginer" ce que vous racontez. C'est à vous de le/la mettre sur la voie... et pourvu qu'elle soit royale ! La seule limitation sera la suggestion dans certains cas, ou bien le manque d’expérience en mixage, mais toute restriction est à prendre à son avantage quand on l’assimile dès la création du projet.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Conseil : Avant même d’aller plus loin, je vous conseille de prendre en compte vos moyens, votre matériel à disposition. Vous n’avez pas d’actrice féminine ? Alors pas de femme, ou alors demandez au préalable la disponibilité des actrices sur le forum. Vous avez un micro de faible capacité (je n’ose pas dire qualité car connoté) ? Alors imaginez des personnages qui ont des scaphandres, ou des combinaisons, ou alors faites un récit basé sur la narration à travers un magnéto (cassette enregistrée où le personnage principal narre son passé). Soyez imaginatifs ! Vous êtes deux potes, alors limitez vous à 2 personnages principaux, et pas 10 ! Recrutez des perso secondaires sur le neto pour diversifier les voix. La netosphère offre moult possibilité de substitution.

Buxley a écrit:
Dans le cas d'un vieux micro avec souffle, de deux personnages, il est facile de trouver un synopsis.
Deux spéléos coincés dans un tunnel. Ils n'ont que de pauvres micros pour se parler. A certains moments même ça grésille. On arrive à une sorte de Projet Blair Witch en audi.

Un bon scénariste est un scénariste qui sait faire face aux contraintes qu’on lui impose, et ça vaut pour le milieu professionnel. SI vous y arrivez, alors lorsque vous disposerez de plus de liberté, vous casserez la baraque !


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


:smt020


c) La mise en page : oui, je sais, certains vont me dire que j’exagère d’en parler, mais certains me soutiendront (Kardukman, je t’invooooque !).

En effet, il s’agit là de l’apparence, de la forme et non du fond de vos écrits ; d’où le petit a) sur la mise en page. Il est évident que si vous travaillez seul, vous pouvez écrire en langage SMS votre scénario, puisque rien n’entachera l’écoute en audio. MAIS dans le monde d’aujourd’hui, dans la sagasphère (pas de débat sur ce mot, sagasphère = monde des sagas mp3), le créateur d’autrefois qui se chargeait de tout n’est devenu que l’un des plus gros maillons de la réalisation, il est accompagné aujourd’hui.

Partant de cette constatation, car c’est un fait, il n’est plus rare du tout que l’on ait des personnages différentes pour les statuts scénariste-acteur-mixeur-webmaster (très utile dans mon exemple, le webmaster -_-), il faut que votre scénario soit compréhensible, accessible et lisible par tous ! Aussi, vous devez savoir qu’il existe un formatage en rigueur pour les scénarios, que ce soit en cinéma, en théâtre, en radio, en animation, en bd ou quoi ce soit d’autre (légèrement différents les uns des autres, mais là c’est pas le sujet).


Sans m’étendre davantage sur le sujet, prohibant l’utilisation de format sans balise de mise en page comme le .txt, je vous demande un peu d’empathie pour vos collaborateurs. Bien heureusement, je suis là pour vous donner des liens de progiciels légers (et parfois gratuits en plus) qui font cette mise en page, ce formatage, à votre place (histoire de pas vous casser la tête) :
Comme ça, plus d’excuses, vous êtes prévenus. L’illisible est à proscrire. Et mieux encore : les correcteurs orthographiques ne sont pas qu’accessoires, souvenez-vous en. Évitez les répétitions grâce à ça. Il vous suffit de mettre le nom de vos perso dans le mots a ne pas détecter.


:smt020


d) La portée : posez de suite la question de la portée. Dans le monde de la télé ou de la radio, de la bd ou quoi que ce soit d’autre, il faut avant toute chose de cibler votre public : est-ce que ce sera plus enfantin ? Pour les adolescents ? Pour les 18-33 ans ? 33-48 ? Plus ?

Cette question est de moindre mesure dans le domaine de la saga mp3, mais la réelle question à se poser est : est-ce juste un délire entre potes ? Voulons-nous qu’elle soit compréhensible à tous ou alors par les initiés au domaine ? Par exemple, « je parodie Halo, est-ce que je le fais pour les fans de Halo ou est-ce que tout le monde pourra écouter sans être déconcerté ? ». Attention portée aussi sur l’humour : les allusions sexuelles et le pipi-caca ne sera pas pour les plus jeunes, et pas pour les plus vieux non plus. Les calembours sont souvent appréciés par tous, mais ne seront-ils qu’anecdote, ou en fait-on une spécificité (les deux minutes du peuple, la IIIème légion, les monos de Shadwk par exemple) ? Cette question est importante car elle entrera en scène lors de la « sélection naturelle » de vos auditeurs, pensez-y.



:smt023


II] Se lancer dans l’écriture

Que faut-il faire au préalable ? Au tout début ? Ça parait évident, mais le tout est de trouver une idée. Et c’est pas toujours facile, surtout pour les névrosés du syndrome de la feuille blanche. Essayons de vous guider un peu dans votre démarche (on n’écrira pas pour vous, ou alors recrutez un scénariste).

a) Le thème : Beaucoup pensent que pour démarrer un scénario, il faut démarrer avec une idée. Ce n’est que partiellement vrai. En réalité, bien que souvent la trouvaille se fasse simultanément, on peut chercher à trouver le thème avant l’idée phare.

En effet, si l’idée est la phrase d’où part vos écrits, le thème est le mot d’où part la phrase. Par exemple : extraterrestre. On peut bien sur, et c'est très conseillé, mélanger des thèmes, en prendre plusieurs. La qualité d'un scénario tient souvent à la liberté que prend son scénariste. Il est donc préférable de mélanger les thèmes et de les brasser entre eux, tels le seigle et le houblon.


:smt020


b) L’idée principale : c’est le point de départ, l’idée, là d’où tout va se construire. L’avantage de l’antériorité ferait que mon avis paraphraserait celui de Buxley, qui est le suivant :

Buxley a écrit:
Ne compliquez pas votre propos de suite. Une intrigue majeure ! Une idée. Après on introduit d'autres choses mais ça, ça vient en cours d'écriture. Basez-vous sur une question, une phrase, voire un mot qui vous semble important et tel spiderman, vous tisserez votre toile autour. Mais ça doit être votre centre.

Exemple :
    Les Yeux de l'Ange Bleu parle d'Obsession. L'Obsession d'un professeur pour deux pierres précieuses, une obsession qui lui ruine la vie. Et de l'impression de ne pas exister.
    Baefwishes a un discours un peu écolo. La rencontre entre la technologie et la nature.
    La Ligne pose une question : Pour sauver quelqu'un, tueriez-vous une autre personne, quand bien même cette personne est innocente ?


c) Le genre, l’époque, l’intrigue : rajoutez à ceux là la théorie des 36 situations dramatiques. Si celle-ci ne vous dit encore rien, nous allons y venir.

En effet, maintenant que vous avez votre mot-thème, et votre phrase-idée, il vous faut les situer dans le temps et l’espace, et dans le genre. Bien sûr, tous les trois sont liés, puisqu’une saga péplum tendra bien plus vers de la Grèce ou de la Rome, voire de l’Égypte, Antique, tandis que du fantastique se situera vers du médiévale (le fameux med-fan) dans des pleines et des villes moyenâgeuses. Je précise tendra puisque le mélange des genre vous laisse toute liberté. Je vous laisse l’initiative de visiter les [url=http://fr.wikipedia.org/wiki/Genre_cinématographique#Genres_par_ordre_alphab.C3.A9tique]différents genres qui existent[/url].


Certains tendent à dire que la saga mp3, de par son aspect principalement axé sur le dialogue, s’apparente à du théâtre. Réfutons là cette idée, ou du moins nuançons là grandement. Les gens du théâtre tels que la comédie, le tragique, le drame ou le lyrisme sont inclus dans la réalisation mp3, mais comparons donc au cinéma : 3 de ces 4 genres sont transposables, et que de genre comme le fantastique, le policier, le western, la science fiction, l’héroïque fantaisie, le burlesque et je vous en passe et des meilleures !
    - Ces images que nous ne voyons pas, nous les imaginons par l’ambiance et les bruitages. Contrairement au théâtre où le spectateur accepte de se accepte de se laisser berner, considérant d’un comme-un-accord qu'un palmier représente l'oasis tout entier.
    - Finalement, ceci n’est vrai que dans les réalisations où l’attention portée à l’insertion est moindre pour privilégié le rire de l’auditeur. En ce cas là, la saga pencherai plus vers le théâtre que vers le cinéma, mais ce n’est pas généralisable. Exemple : dans les deux minutes du peuples par exemple, un simple son nous fait nous dire "ok, on est à cet endroit là" parce que le but n'est pas l'ambiance/l'insertion/l’immersion, mais l'humour.

Georges Polti, dans la théorie des 36 situations dramatiques, a écrit:
Sauver : un personnage se propose pour en sauver un ou plusieurs autres.
Implorer : un personnage en péril implore qu’on le tire de l’embarras.
Venger un proche : une vengeance au sein d’une même famille.
Venger un crime : un personnage venge le meurtre d’un autre personnage.
Être traqué : un personnage doit s’enfuir pour sauver sa vie.
Détruire : un désastre survient, ou va survenir, à la suite des actions d’un personnage.
Posséder : un désir de possession (un bien, un être, etc.) contrevenue.
Se révolter : un personnage insoumis se révolte contre une autorité supérieure.
Être audacieux : un personnage tente d’obtenir l’inatteignable.
Ravir ou kidnapper : un personnage kidnappe un autre personnage contre sa volonté.
Résoudre une énigme : un personnage essaie de résoudre une énigme difficile.
Obtenir ou conquérir : un personnage principal essaie de s'emparer d'un bien précieux.
Haïr : un personnage voue une haine profonde à un autre personnage.
Rivaliser : un personnage veut atteindre la situation enviable d'un proche.
Adultère meurtrier : pour posséder son amante, un personnage tue son mari.
Folie : sous l’emprise de la folie, un personnage commet des crimes.
Imprudence fatale : un personnage commet une grave erreur.
Inceste : une relation impossible entre proches.
Tuer un des siens inconnus : un personnage tue un proche sans le savoir.
Se sacrifier à l'idéal : un personnage donne sa vie pour un idéal.
Se sacrifier aux proches : un personnage se sacrifie pour sauver un proche.
Tout sacrifier à la passion : une passion se révèle fatale.
Devoir sacrifier les siens : pour un idéal supérieur, un personnage sacrifie un être proche.
Rivaliser à armes inégales : un personnage décide d'affronter un autre plus fort que lui.
Adultère : un personnage trompe un autre personnage.
Crimes d'amour : un personnage amoureux s’égare et commet un crime.
Le déshonneur d'un être aimé : l’être aimé se livre à des activités répréhensibles.
Amours empêchées : un amour est entravé par la famille ou la société.
Aimer l’ennemi : un personnage en aime un autre même s'il est son ennemi.
L'ambition : un personnage est prêt à tout pour concrétiser son ambition.
Lutter contre Dieu : un personnage est prêt à affronter Dieu pour assouvir son ambition. Fatalité.
Jalousie : méprise et jalousie amènent un personnage à poser des actes regrettables.
Erreur judiciaire : un personnage est injustement accusé et condamné.
Remords : rongé par la culpabilité, un personnage a des remords.
Retrouvailles : après une longue absence, des personnages se retrouvent ou se reconnaissent.
L’épreuve du deuil : un personnage doit faire le deuil d’un personnage aimé.



d) Tout rédiger ? : citons les deux écoles de pensée :
    - celle qui pense que tout doit être mis en place avant la réalisation audio, donc que tout le support écrit soit terminé.
    - celle qui pense que ça vient au fur et à mesure, et qu’on peut très bien innover en cours de réalisation
Après, il y a un mélange entre ceux qui pensent qu’il faut avoir un point de départ et un point d’arrivé. Et qu’à partir de là, l’écriture se fait au fur et à mesure. Son avantage est que selon les avis reçus, les modifications peuvent se faire en fonction des retours. Son inconvénient est qu’il n’y a pas de méditation sur le scénario, et qu’il vaut mieux avoir une pré-expérience dans le domaine de l’écriture.

Je suis moi-même avec le temps devenu partisan du « tout écrit avant de passer à l’audio », sachant que les modifications post-retours-des-auditeurs est possible, et qu’elle inclut aussi la macération et la méditation du texte et de sa rédaction, et je pense que Kradukman m’appuie sur ce point précis.

Mais ce n’est que mon avis parmi tant d’autre qui n’engage que moi. Pour exemples :

Kradukman a écrit:
Lors d'un premier scénario, il vaut mieux connaître la fin (quoique dans une série, on n'est pas obligé de la connaître). Cependant, pour les plus aventureux (et surtout plus expérimentés), comme on n'a jamais envie d'arrêter sa saga, on n'est pas obligé de la connaître (excepté si on lance l'auditeur sur une piste, alors il faut la suivre (sauf dans un but stylistique ou de désinformation de l'auditeur)).

Buxley a écrit:
[…]une bonne histoire a une bonne fin. Et cette fin, elle doit être connue avant que vous n'écriviez la première ligne de votre saga (même si vous la changez un peu en cours de route, ou rajoutiez des éléments).
Vous partez d'Orléans pour partir à Bordeaux, vous savez déjà que la fin de votre route c'est Bordeaux. Après, à vous de choisir de vous arrêter sur des aires d'autoroute si ça peut agrémenter votre route.

On sait où ils en sont aujourd’hui. Je les nomme témoins à charge de mes dires :D



Et comble du comble, je recenserai aussi celle-ci :
Javeldose a écrit:
Pour moi, le scénario, c’est comme du vin. Les idées mûrissent dans votre tête, le plaquage par écrit correspond à la cueillette, et la relecture, c’est vos idées qui macèrent

Je me cite moi-même maintenant, où va le monde ?


:smt023


III] Étapes et structure du scénario

Là, nous dirons « oui » aux gens qui viennent nous parler de théorie classique. En effet, ce qui suit n’est pas à avoir en tête lors de l’écriture, mais après, pour vérifier la cohérence logique des éléments de l’intrigue.


a) L’armature : que l’on nomme squelette, hiérarchisation ou structure du scénario, il s’agit en fait d’échelonner les différents éléments de l’écriture. En effet, je le concède et vous allez le voir, ça fait très théorique, mais ça s’applique aisément et ça valide la cohérence de votre écriture sur un point de vue du plan de construction.

En effet, dans un scénario, vous avez en premier plan l’histoire, qui est le tout, l’univers, le monde, ainsi que les évènements qui s’y déroulent et les éléments et personnages qui y appartiennent. Dans cette histoire, vous avez le récit et la narration, qui sont deux éléments distincts et bien souvent mélangés :
    - le récit est l’ordre chronologique de l’histoire. Il regroupe péripéties, évènements, actions.
    - la narration, / !\ à ne pas confondre avec le narrateur / !\, est l’ordre dans lequel vont nous être présentées les choses, le point de vue par lequel elles nous seront racontées, et de quelle façon.

Vous remarquerez que je distingue, comme la plupart des puristes ou des initiés, péripéties/actions/évènements. En effet, les évènements sont ce qui se déroule dans l’histoire, sans être forcément cité, sans qu’on y assiste forcément, sans même qu’on en ait connaissance parfois. Les actions sont les évènements que l’on suit par l’intermédiaire de la narration et donc des personnages*. Enfin, les péripéties sont un ensemble d’actions qui aboutissent à un fait accompli.

--> Si le but est de récupérer une relique, alors la péripétie est de la récupérer tandis que les actions sont la résolution d’énigmes, la confrontation avec les monstres en chemin, le trajet emprunté et toutes les embuches qui s’en suivent.

    *Notons que presque tout peut nous être raconté, comme dans le Donjon de Naheulbeuk (alias DdN) saison 1 de Pen of Chaos, où l’on a des allés et retours entre les héros et les méchants, et nous sommes au courant de tout. Les actions ne nous étonnent pas mais c’est voulu, car de l’humour de situation est mis en place par cet artifice. Je citerais de même pour Reflets d’Acide (alias RdA de JBX) avec les allés et retour entre les héros et la dragonne, ou encore le tavernier, ou plus tard avec le grand méchant de l’histoire et sa clique.
    Dans un cas inverse où ils se passent pleins de choses dans notre dos, qui ont pour une grande partie été rédigées, sans que les personnages en aient conscience (puisqu’on est dans une narration interne en « vue » première personne), c’est Urban Révolution. Je vous renverrai à ce lien qui vous donne mon long post d’explication sur la narration (sur laquelle je reviens dans un autre tutorial).

Donc, le squelette d’un scénario correspond à ça :

Code:
Histoire
> Récit
> > Narration
> > > Séquence
> > > > Péripétie
> > > > > Scène
> > > > > > Action

Comme vous pouvez le voir, ou du moins le deviner, il y a une hiérarchisation qui suppose que l’action est inclue dans la scène qui est inclue dans la péripétie, et ainsi de suite. En sachant que la scène se délimite par une unité de lieu, de temps, et/ou de personnages (entendez que personnages, pas toujours sauf au théâtre, et lieu, pas toujours s’il y a mouvement d’un lieu à l’autre pour remplacer la transition. Mais la continuité temporelle est obligatoirement dans la scène, condition sine qua non). Enfin, la séquence qui est composée de plusieurs scènes et qui est délimitée par une péripétie. Elle est donc construite suivant une cohérence logique et dispose très souvent d’une unité temporelle pour cause de facilité de compréhension, mais n’en est nullement réduite.


:smt020


b) Les étapes d’écriture : Depuis l'invention du cinématographe (1895), une quinzaine de types de document ont vu le jour, s'adaptant chaque fois aux besoins techniques et artistiques d'une époque. Les formes de documents actuelles, notamment dans la mise en forme typographique, ont été fixées dans les années 1950, et sont tenues de façon scrupuleuse à Hollywood, (mais moins en France et ailleurs). L'important demeure que le scénario soit compréhensible pour chaque intervenant du film. Et il en est de même dans notre milieu (bien que ce qui suit soit très formel, ce n’est qu’une méthode pour procéder à l’écriture, vous pouvez en éluder).


Les 7 étapes de l'élaboration du scénario :
    - L'argument : c'est l'idée principale, résumée en une ou deux phrases. Le terme anglais pitch le désignant est souvent utilisé.
    - Le synopsis : c'est un résumé de l'histoire racontée en détails, de l’ordre de quelques pages (à ne pas confondre avec ce que les anglo-saxons appellent le story line, qui résume l'essentiel en quelques lignes). Il peut servir à présenter un projet de scénario aux réalisateurs potentiels (si vous ne savez pas mixer), aux acteurs pressentis (Netophonix, mine de talents ?), etc…
    - Le traitement : (treatment en anglais) il se compte en dizaine(s) de pages. Il s'agit de l'étape intermédiaire entre le synopsis et la continuité dialoguée. La réalisation y est présentée de manière détaillée. En revanche, les dialogues n'y figurent pas (sauf les répliques d'importance notoire).
    - La continuité dialoguée : aussi appelé découpage séquentiel, il est la description auditive chronologique des lieux, ambiances, répliques de l'histoire. Elle décrit les séquences dans l'ordre prévu, accompagnées de quelques mentions techniques nécessaires comme la diégèse ("intérieur/nuit", "derrière une porte", ce genre de choses, terme abordé dans un autre topic), et des didascalies (indications pour les acteurs ou le mixeur, gestuelle, bruitages, etc …).
    - La note d'intention, faite en une à trois pages (voire plus), permet à l'auteur de préciser ses idées concernant le ton du film, la psychologie qu'il envisage pour les différents personnages, la façon dont il visualise les ambiances sonores si ce n’est pas lui qui les réalise ; il peut aussi préciser le type de technique qu'il souhaite pour tel ou tel effet particulier.
    - Les annexes, facultatives peuvent contenir des indications de repérage, du site réservé à la saga, ou des précisions sur les acteurs déjà contactés pour tel ou tel rôle. Certains noms peuvent en effet avoir un gros impact sur les décisions d’autres acteur et du mixeur.
    - La bible, ou master, ou encore catalogue master est le document contenant toutes les références pour l'élaboration collégiale de scénarios. Elle contient la description des personnages et des intrigues, leurs progressions, et aussi un cahier des charges pour l'identité de la réalisation*. C'est un gigantesque synopsis de toute l'histoire découpée en épisodes qui s'enchaînent selon une continuité narrative résumé dans un petit livret.

*Prenons pour exemple le cinéma, dans chaque épisode de Starsky et Hutch, il y a une poursuite en voiture, une fusillade et au moins une réplique humoristique. Maintenant, dans la sagasphère, prenons la saison 2 du Donjon de Naheulbeuk (PoC), on a des allusions sexuelles pour l’elfe, des insultes pour le nain, de la prétention pour le ranger, un lieu traversé, un danger.


:smt020


c) Exemple de construction typique : citée dans le livre de Michel Chion, on y reconnaîtra les principes de construction devenus classiques, largement utilisés, de par le monde, ayant donc fait leurs preuves...

    - Premier acte : un quart du temps de la réalisation finale. C'est l'introduction (set-up) où toutes les données de la réalisation sont exposées, qui se termine par un coup de théâtre (plot-point) (notions évoquées dans un autre topic).
    - Deuxième acte : deux quarts de la réalisation finale. C'est le développement dans lequel les problèmes semblent devenir insolubles, ou en tout cas sont exposés de telle façon que la curiosité de l’auditeur est aiguisée, donc en attente d'être satisfaite.
    - Troisième acte : un quart de la réalisation finale. Dénouement et solution, dont le climax (évoqué dans un autre topic). En principe le dénouement doit naître des données de l'histoire elle-même, et pas d'une intervention miraculeuse autant qu'inespérée venant au secours du scénariste sinon de l’auditeur !


Pour vous simplifier la chose de façon drastique, ça donnerait grosso modo :
Code:
un personnage sympathique
> rencontre un problème
> > finit par résoudre le problème.

Et cette recette fait son beurre. Mais attention néanmoins à la trop grande simplification. Autant une aventure humoristique n’oblige pas une construction poussée des personnages, autant une réalisation sérieuse ne peut souffrir d’aucune faille, et donc d’aucun archétype ni stéréotype. Rappelez vous aussi que le déjà vu est meurtrier ; vous devez sortir de la mêlée et faire la différence. L’amorce (évoquée dans un autre topic) est donc primordiale, un scénario rectiligne et plat n’émergera que peu, ou bien difficilement si elle dispose d’un jeu d’acteur et d’un mixage irréprochable.

Là encore, soyez imaginatifs.



:smt020


d) Le schéma actanciel : une fois tout ceci fait (sans doute inconsciemment si vous avez l'habitude d'écrire déjà, car ce qui vous est donné là est très théorique, mais il est intéressant de donner des mots aux procédés que vous avez appliqués sans même le savoir lors de votre écriture), on va passer à du un peu plus concret. Je veux bien sûr parler du schéma actanciel.

"Quoiqu'est-ce ?" me direz vous.

Hé bien c'est assez simple. C'est une observation qu'a fait A.J. GREIMAS, un sémioticien du XXe siècle. Pour faire simple, c'est une construction schématique de la construction de votre histoire, avec ses différents intervenants (sujet, objet, adjuvants, opposants, etc...). Voilà comment il est représenté :

Image
Clique



On distingue six ensembles de forces. Chacun de ces ensembles comporte un ou plusieurs éléments. Ces éléments sont souvent des personnages, mais peuvent aussi être des idées ( Par exemple, un idéal pousse quelqu'un à agir) ou des sentiments (la peur peut empêcher quelqu'un d'agir), etc.


Voici les 6 rôles des personnages :

Le sujet : c'est un personnage qui doit accomplir une « mission ». Celle-ci consiste à parvenir à l'élimination d'un problème, d'une difficulté, d'un manque (récupérer un objet, accomplir une action particulière).
L'objet : c'est ce que cherche à obtenir précisément le sujet. Cela peut être un réel objet (objet magique, par exemple), mais cela peut être aussi moins concret (le pouvoir, l'amour).

Le destinateur : (ou émetteur) c'est ce qui pousse le sujet à agir ; il apparaît donc plutôt au début de la quête. Ce peut être un personnage (dans ce cas, il envoie le sujet en mission), mais ce peut être aussi une chose, un sentiment, une idée (le désir d'être reconnu).
Le destinataire : c'est celui, celle ou ceux en faveur de qui la quête doit être accomplie ; il est donc mis en valeur à la fin de la mission. L'objet recherché par le sujet peut, par exemple, être offert par le sujet au(x) destinataire(s), mais le(s) destinataire(s) peu(ven)t aussi en profiter comme d'un bien commun (ex. la famille du sujet). Le destinataire peut être le sujet lui-même, mais nouvellement enrichi par la possession de cet objet.

Les opposants : c'est tout ce qui entrave la progression du sujet dans l'accomplissement de sa quête. Ils peuvent prendre la forme de personnages hostiles, mais aussi de n'importe quel obstacle entravant le sujet alors qu'il cherche à accomplir sa quête ; celui-ci s'efforce de surmonter ces obstacles.
Les adjuvants : c'est tout ce qui vient aider le sujet à accomplir sa quête. Ils peuvent prendre la forme de personnages amicaux ou simplement favorables (volontairement ou non), mais aussi de n'importe quel élément favorisant l'action du sujet, alors qu'il cherche à accomplir sa quête ; celui-ci bénéficie de l'aide apportée par ces personnages ou ces éléments.

Et plutôt que d'étendre les définitions à n'en plus pouvoir, privilégions les schéma qui résument au mieux votre structure scénaristique.

Image
Clique


Image
Clique



:smt020


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Voilà, ce post est terminé. J’espère au plus haut point qu’il ait pu vous aider de quelconque manière que ce soit pour vos réalisations personnelles, et attends les plus avisées réponses de votre part. Je précise évidemment qu’il ne s’agit que de théorie ayant un aspect pratique et une mise en application effective.
Blast a écrit:
Ces tutos doivent servir de base de travail pour que chacun puisse y puiser l'une ou l'autre méthode qui peut l'aider à écrire son histoire. ...Et qu'on ait envie de l'écouter.
La connaissance des règles (et surtout du pourquoi des règles) utilisées par les pros pour garantir une bonne accroche du public peut nous servir si nous décidons de l'utiliser pleinement, ou à contre pied, tant que nous le faisons consciemment.


Je vous invite à suivre les différents tutoriaux de scénario sur les personnages, la narration ou autre, relus et corrigé par : @now@n, Blast, Gerick, Mimiryudo, Rowlan, Tibékamer


Et rappelez vous ! Prenez soin de vos cheveux !
Bink a écrit:
les conseils, il faut les prendre comme tel et non comme parole d'évangile.

Rowlan a écrit:
C’est l’ouvrier qui se sert des outils et non l’inverse

On vous donne des outils, à vous d’en faire ce que vous en voulez :)

----------------------------------------------------------


Relecture par : Rowlan, Tibékamer
Ajout par :
Reprises des précédents posts de : Bink, Blast, Buxley, Flo Kradukman, Rowlan


Ce post rentre dans les différents postes en cours d'écriture.

Image
Disponible pour des participations dans des sagas : mp moi ! ;)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 01:29  −  Sujet du message : Suite du processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 25 ans · 2016 posts
Inscription : 11 Mars 07
A travaillé sur :
Participations 2012 : Tanirm le bâtard assoiffé (Diwan)
Javeldose a écrit:
Bonjour (et pas bonsoir), j’ai lancé le projet fou (diront certains) de reforger et de rassembler les différents topics d’aide au scénario pour qu’ils soient plus percutants, plus instructifs en somme. J’ai la chance, et ce n’est pas une capacité mais un concours de circonstance, d’avoir des cours de scénar et donc d’avoir un surplus de partie théorique qu’ont peu de créateurs (non concernés : Buxley, Flo, Valoo, et sans doute d’autres dont je ne suis pas renseigné). Évidemment, je ne compte en aucun cas m’approprier le mérite de mes comparses, rendons à César ce qui est à César, les références seront données en fin de post.
Les topics sont sous la forme thèse-arguments-exemples, vous rappelant que ces topics sont assez génériques, ont une portée communautaire et ne sont pas que fantaisie théorique, ils sont applicables.


Ce topic recoupe le processus d'écriture d'un scénario. Il a pour but de compléter ce qui a déjà été dit, et de donner des notions supplémentaires à tout ceux qui aspirent à un scénario construit dans les règles de l'art (ou dans les règles tout court). Je mets un point d'honneur à accompagner toutes mes notions d'exemples, afin de ne perdre personne en route.


    Voici le plan de ce post :
Code:
Suite du processus d’écriture du scénario.

> I] Les points importants
> > a) Le fil directeur
> > b) L'accroche
> > c) L'armature
> > d) Le schéma actanciel


> II] Autres notions importantes
> > a) Le suspense
> > b) Le cliffhanger
> > c) Le climax
> > d) Les transitions


> III] Narration et narrativité [à venir...]
> > a)
> > b)
> > c)
> > d)

> IV] Construction des personnages [à venir...]
> > a)
> > b)
> > c)
> > d)


:smt023


I] Les points importants de l’écriture

a) Le fil directeur : aussi appelé fil rouge et associé au conducteur radio ou télé, la mise en scène de cinéma ou de théâtre, est le lien entre vos différentes péripéties, scènes. Il est régi par la narration et le récit. Si le récit est la route, alors le fil rouge est la voiture. Cette route est formée de différentes péripéties, que le fil rouge va traverser avec ou sans continuité chronologique (flash back, flash forward, etc ….). Il est l’élément qui décide et obéit à la fois au temps de la narration (ça sera abordé dans un autre topic, j’éditerai celui-ci pour les liens).

Si vous préférez, pour faire simple, c’est le nouveau tomtom : vous rentrez le point de départ et le point d’arrivée, et il vous indique le chemin à prendre (avec parfois des bug, qui vous dit de faire demi-tour pour des flash back ou autre). Il peut se résumer par la trame, le canevas, le synopsis, l’intrigue, mais en plus complexe.


Je donne des variables de « trame », qui ont des définitions très légèrement différentes, mais qui collent au fil rouge. Je les définirai plus tard.


:smt020


b) L'accroche : en admettant que vous ayez votre fin pré-établie, et même si ce n’est pas le cas, le plus important est l’accroche. En littérature, elle constitue les 10 premières pages ; en sagas mp3, elle constitue les 2 premières minutes (et je prends large, très large). Si l’amorce (autre nom qu’on lui donne) est ratée, alors l’auditeur n’écoutera pas (c’est ce qu’il se passe en librairie : vous lisez la première page, et si vous n’êtes pas incité à la tourner, y’a peu de chance que vous achetiez le livre, exact ?). Aussi, il faut que celle-ci, déterminante, soit bien réalisée :
    - le genre
    - le style
    - l’époque, le contexte
    - le choix de la narration
    - des éléments clés de l’intrigue
Elle donne soit tous ces éléments, soit certains d’entre eux, soit AU MINIMUM l’un de ces éléments essentiels. Auquel cas contraire, votre amorce sera sans effet percutant sur l’auditeur qui se lassera et n’écoutera pas la suite. À moins que votre création ait un objectif précis et que vous jouiez donc sur le concept audio (mais même si l’on veut rester dans le flou avec des explosions et des tirs de partout par exemple, l’époque sera partiellement située --> armes à feu, armes futuristes, western, armes médiévales s’il s’agit de combat à l’épée, etc … même si l’on peut se jouer de l’auditeur dans certains cas vicelards).

    --> Si l’on prend l’exemple de Xénosis de Trent, alors que l’introduction nous laisse sans …. voix et dans le brouillard, nous avons mine de rien le choix de la narration avec cette personne qui narre, et le coté psychédélique et post-apocalyptique qui nous est mis en pleine face.
    --> Si l’on prend l’exemple de Velvorn : the Bladed Druid (alias V:tBD de Jay), on a l’époque, le genre (med-fan) et le style, ainsi qu’une immersion efficace qui nous donne le niveau de mixage et le travail sur l’ambiance (la portée ? Volonté de faire de la qualité pro ?).
    --> Enfin, dernier exemple pour que vous voyiez que ça s’applique partout (bien que je pourrais faire un topic entier rien que sur des exemples), Urban Révolution (alias UR de Celebo) qui nous montre le choix de narration, le genre et des éléments clés de l’intrigue ainsi que le style.
    Ultime exemple qui sort un peu du lot selon moi, après lequel j’avais déjà mp le créateur pour son ingéniosité de l’époque, Trimoria de Flo. Une intro aussi incongrue, marrante et à l’ambiance si particulière à la saga ne peut que nous faire écouter la suite qui, (il l’avait prévu) le temps que Lucas ne mette la tête dans son micro-onde, n’est pas remplie d’aventure et n’aurait pas émulés ses auditeurs. On reconnait là un Flo qui a, cette année justement, son diplôme de formation en radio. Il sait en quoi consiste l’amorce (ou a un don, choisissez :D)

------------------------------------------


:smt020


c) L'armature : que l’on nomme squelette, hiérarchisation ou plan de construction/structure du scénario, il s’agit en fait d’échelonner les différents éléments de l’écriture. En effet, je le concède et vous allez le voir, ça fait très théorique, mais ça s’applique aisément et ça valide la cohérence de votre écriture sur un point de vue du plan de construction.

En effet, dans un scénario, vous avez en premier plan l’histoire, qui est le tout, l’univers, le monde, ainsi que les évènements qui s’y déroulent et les éléments et personnages qui y appartiennent. Dans cette histoire, vous avez le récit et la narration, qui sont deux éléments distincts et bien souvent mélangés :
    le récit est l’ordre chronologique de l’histoire. Il regroupe péripéties, évènements, actions.
    la narration, / !\ à ne pas confondre avec le narrateur / !\, est l’ordre dans lequel vont nous être présentées les choses, le point de vue par lequel elles nous seront racontées, et de quelle façon.

Vous remarquerez que je distingue, comme la plupart des puristes ou des initiés, péripéties/actions/évènements. En effet, les évènements sont ce qui se déroule dans l’histoire, sans être forcément cité, sans qu’on y assiste forcément, sans même qu’on en ait connaissance parfois. Les actions sont les évènements que l’on suit par l’intermédiaire de la narration et donc des personnages*. Enfin, les péripéties sont un ensemble d’actions qui aboutissent à un fait accompli.

--> Si le but est de récupérer une relique, alors la péripétie est de la récupérer tandis que les actions sont la résolution d’énigmes, la confrontation avec les monstres en chemin, le trajet emprunté et toutes les embuches qui s’en suivent.

    *Notons que presque tout peut nous être raconté, comme dans le Donjon de Naheulbeuk (alias DdN) saison 1 de Pen of Chaos, où l’on a des allés et retours entre les héros et les méchants, et nous sommes au courant de tout. Les actions ne nous étonnent pas mais c’est voulu, car de l’humour de situation est mis en place par cet artifice. Je citerais de même pour Reflets d’Acide (alias RdA de JBX) avec les allés et retour entre les héros et la dragonne, ou encore le tavernier, ou plus tard avec le grand méchant de l’histoire et sa clique.
    Dans un cas inverse où ils se passent pleins de choses dans notre dos, qui ont pour une grande partie été rédigées, sans que les personnages en aient conscience (puisqu’on est dans une narration interne en « vue » première personne), c’est Urban Révolution. Je vous renverrai à ce lien qui vous donne mon long post d’explication sur la narration (sur laquelle je reviens dans un autre tutorial).

Donc, le squelette d’un scénario correspond à ça :

Code:
Histoire
> Récit
> > Narration
> > > Séquence
> > > > Péripétie
> > > > > Scène
> > > > > > Action

Comme vous pouvez le voir, ou du moins le deviner, il y a une hiérarchisation qui suppose que l’action est inclue dans la scène qui est inclue dans la péripétie, et ainsi de suite. En sachant que la scène se délimite par une unité de lieu, de temps, et/ou de personnages (entendez que personnages, pas toujours sauf au théâtre, et lieu, pas toujours s’il y a mouvement d’un lieu à l’autre pour remplacer la transition. Mais la continuité temporelle est obligatoirement dans la scène, condition sine qua non). Enfin, la séquence qui est composée de plusieurs scènes et qui est délimitée par une péripétie. Elle est donc construite suivant une cohérence logique et dispose très souvent d’une unité temporelle pour cause de facilité de compréhension, mais n’en est nullement réduite.

:smt020


d) Le schéma actanciel : une fois tout ceci fait (sans doute inconsciemment si vous avez l'habitude d'écrire déjà, car ce qui vous est donné là est très théorique, mais il est intéressant de donner des mots aux procédés que vous avez appliqués sans même le savoir lors de votre écriture), on va passer à du un peu plus concret. Je veux bien sûr parler du schéma actanciel.

"Quoiqu'est-ce ?" me direz vous.

Hé bien c'est assez simple. C'est une observation qu'a fait A.J. GREIMAS, un sémioticien du XXe siècle. Pour faire simple, c'est une construction schématique de la construction de votre histoire, avec ses différents intervenants (sujet, objet, adjuvants, opposants, etc...). Voilà comment il est représenté :

Image
Clique



On distingue six ensembles de forces. Chacun de ces ensembles comporte un ou plusieurs éléments. Ces éléments sont souvent des personnages, mais peuvent aussi être des idées ( Par exemple, un idéal pousse quelqu'un à agir) ou des sentiments (la peur peut empêcher quelqu'un d'agir), etc.


Voici les 6 rôles des personnages :

Le sujet : c'est un personnage qui doit accomplir une « mission ». Celle-ci consiste à parvenir à l'élimination d'un problème, d'une difficulté, d'un manque (récupérer un objet, accomplir une action particulière).
L'objet : c'est ce que cherche à obtenir précisément le sujet. Cela peut être un réel objet (objet magique, par exemple), mais cela peut être aussi moins concret (le pouvoir, l'amour).

Le destinateur : (ou émetteur) c'est ce qui pousse le sujet à agir ; il apparaît donc plutôt au début de la quête. Ce peut être un personnage (dans ce cas, il envoie le sujet en mission), mais ce peut être aussi une chose, un sentiment, une idée (le désir d'être reconnu).
Le destinataire : c'est celui, celle ou ceux en faveur de qui la quête doit être accomplie ; il est donc mis en valeur à la fin de la mission. L'objet recherché par le sujet peut, par exemple, être offert par le sujet au(x) destinataire(s), mais le(s) destinataire(s) peu(ven)t aussi en profiter comme d'un bien commun (ex. la famille du sujet). Le destinataire peut être le sujet lui-même, mais nouvellement enrichi par la possession de cet objet.

Les opposants : c'est tout ce qui entrave la progression du sujet dans l'accomplissement de sa quête. Ils peuvent prendre la forme de personnages hostiles, mais aussi de n'importe quel obstacle entravant le sujet alors qu'il cherche à accomplir sa quête ; celui-ci s'efforce de surmonter ces obstacles.
Les adjuvants : c'est tout ce qui vient aider le sujet à accomplir sa quête. Ils peuvent prendre la forme de personnages amicaux ou simplement favorables (volontairement ou non), mais aussi de n'importe quel élément favorisant l'action du sujet, alors qu'il cherche à accomplir sa quête ; celui-ci bénéficie de l'aide apportée par ces personnages ou ces éléments.

Et plutôt que d'étendre les définitions à n'en plus pouvoir, privilégions les schéma qui résument au mieux votre structure scénaristique.

Image
Clique


Image
Clique





:smt023


II] Autres notions importantes

a) Le suspense : que je mette de suite le doigt sur une erreur que beaucoup commettent. Pour intégrer du suspense, il faut qu’il y ait de mis en place un certain nombre d’éléments clés de l’intrigue ! Avant de poser des problématiques qui agripperont vos auditeurs pour leur faire écouter la suite, il faut qu’il y ait de compréhensible un minimum de l’univers de la saga, pour la simple et bonne raison que si l’on ne connait rien, mais alors RIEN de celui-ci, il n’y a aucune énigme à résoudre. Il vous faut poser votre point de départ :

autrement dit, si votre problématique, qui créer le suspense, est un sucre, et que l’auditeur est le toutou qui fixe le sucre (rien de péjoratif là dedans, c’est un exemple), il faut créer la faim = l’envie ultime de savoir. Et pour cela, il vous faut appâter, amuse-gueuler, préparer le terrain, créer le besoin comme on dit en marketing. Il faut donc poser le cadre avant de dire « devinez la toile qui y logera. Voici des indices ».



wikipédia a écrit:
Le suspense est une émotion qui se caractérise par une incertitude liée au développement anticipé d'un événement inachevé.

Quand le suspense se manifeste en relation avec une expérience personnelle, cet effet est généralement jugé désagréable car il souligne le caractère imprévisible du futur et la relative passivité du sujet par rapport au cours de son existence.

Soulignons que l’auditeur dans notre cas est actif dans son écoute, bien qu’il subisse les lubies scénaristiques des plus vicieuses de l’auteur dans le suspense que celui-ci établit. Mais je pense que vous avez saisit l’idée.


:smt020


b) Le cliffhanger : et la fin des « épisodes » (j’aime ce terme mais avec les actes, les machins, les bidules …) en général. Contrairement à ce que certains pensent à défaut, un épisode ne se cantonne pas à une action : il peut en avoir plusieurs comme il ne peut n’en avoir qu’une seule qui s’étale sur 3 épisodes. L’avantage de l’épisode est qu’il n’est pas tributaire des limites unitaires de temps, d’espace, de personnage ou autre. Il ne fait que suivre un ordre logique (ou pas mais ce sont des exceptions très conceptuelles sur lesquelles je ferai impasse sur ce topic générique). Aussi, vous pouvez très bien avoir un nombre différent de personnage entre le début et la fin de l’épisode, avoir traversé plusieurs lieux etc …

    *Notons que le changement de temporalité se fait, soit en usant de machine temporelle, et donc est lié à l’intrigue directe, soit est utilisé avec diplomatie en début d’épisode par l’intervention de la narration, ou par le changement de saison, d’acte ou de je ne sais quoi (oui, je dis « épisode », mais je devrais parler plus justement, car l’appellation importe peu, d’entité unitaire situé dans une continuité scénaristique. Mais si je disais ça, les gens me regarderaient comme vous en ce moment, donc laissons le langage courant à sa mainmise) J’userai dès à présent le terme de réalisation, plus adapté selon moi.
Google, mon cher ami, a écrit:
Le terme cliffhanger est une expression anglophone qui désigne, dans la terminologie des œuvres de fiction, un type de fin ouverte visant à créer un fort suspense. On dira qu’il y a "cliffhanger" quand un récit s’achève avant son dénouement, à un point crucial de l’intrigue, quitte à laisser un personnage dans une situation difficile, voire périlleuse. Ce type de fin, très fréquent dans les feuilletons, implique souvent que le récit en question ait une suite (d'ailleurs, on voit parfois les mots « à suivre »).

Le mot cliffhanger signifie « personne suspendue à une falaise », ce qui est un exemple emblématique de ce genre de situation : le personnage est pris au piège, il est en danger : va-t-il s'en sortir ? Vous le saurez dans le prochain épisode !

Dans les feuilletons (qu'il s'agisse de feuilletons télévisés, radiophoniques ou de romans-feuilletons), l'objectif principal du "cliffhanger" est de fidéliser le téléspectateur, l'auditeur ou le lecteur, de lui donner envie de connaître la suite du récit ; en somme, de s'assurer qu'il ne manquera pas l'épisode suivant (ne serait-ce que pour savoir comment le personnage va faire face à la situation difficile où il se trouve). Parfois, certains "cliffhangers" ne trouvent pas leur résolution dans l'épisode qui suit, ce qui permet de tenir plus longtemps encore le spectateur en haleine. Ce procédé crée souvent une frustration chez le spectateur, ce qui le stimule à suivre la série jusqu'à son dénouement final.

Comme vous le voyez, j’ai souligné les termes importants. Le but est que l’auditeur télécharge et/ou écoute l’épisode suivant. Donc que vous suscitiez l’intérêt, que vous attiriez l’oreille et les feux des projecteurs sur vos mp3.

Blast a écrit:
De plus, il se passe un laps de temps entre deux épisodes, donc il faut un suspense à la fin pour donner envie d'écouter la suite.

Si vous y parvenez, c’est que vous avez tout compris. Votre fin d’épisode, sauf rares cas comme Pong (de Ark et Johnny) ou encore [url=http://wiki.netophonix.com/Projet_saga_mp3_sur_les_tueur_à_gage]Projet Saga mp3 sur les Tueur à Gage[/url] (de Ark ôh encore ! et Aspic re-ôh, encore !) dont le concept même est de parer aux codes d’écriture (entre autres, je laisse leurs créateurs parler de leur sujet), doit faire enrager le pauvre auditeur qui frisonne tant il veut connaitre la suite.



:smt020


c) Le climax : puisque nous en somme au suspense et au cliffhanger, parlons un peu du climax. Il s’agit en effet de ce que l’on nomme le point de plus grande intensité d'une, un point culminant ; l’extase dont parlait Eisenstein dans sa 3ème théorisation du cinéma dans les années 40 dans une autre mesure, si je puis faire le rapprochement. Il doit s’agir d’un moment m dans le récit qui a été sujet à une grande mise en scène et préparation, pour préparer l’auditeur à ce choc émotionnel. Ceci par de la mise en bouche, on développe l’histoire et des problématiques, et le moment où les nœuds se dénoueront sera ce moment nommé climax. Cela peut aussi se caractériser par la scène où l’action est la plus présente, ou les effets spéciaux (de mixage dans notre cas). Et sans généraliser, avouons-le, c’est très souvent là que l’intrigue principale se résolve, ou se complexifie (pour préparer à un prochain climax et une nouvelle saison : on en apprend finalement moins à cause des nouvelles questions que l’on vient à se poser.).

S’il y a quelque chose que l’auditeur doit retenir de votre saga, c’est ce point nodale qui, à lui seul, fait se remémorer toute la saga, le parcours pour en arriver là, et ce qu’il a engendré par la suite. C’est l’Everest de votre Himalaya si vous préférez, la montagne est connue, mais on tilt surtout sur son sommet.



:smt020


d) Les transitions : terminons sur les transitions qui, je le précise, sont à utiliser avec parcimonie. Là où le cinéma permet plus de fantaisie, la saga mp3 resserre les boulons. Sans l’appui de l’image, il faut resituer les lieux s’ils ont un intérêt spécial dans la scène, par la création d’ambiance et d’immersion, et donc laisser le temps à l’auditeur de s’intégrer dans le nouveau lieu. Aussi, sauf dans le cas d’effet d’intrigue basée justement sur le passage d’un lieu à un autre (rappelant que la transition peut être spatiale, temporelle ou les deux), il est déconseillé (ou je m’engage, osons, je déconseille personnellement) les transitions à répétition. Dans les courtes réalisations, vous devez user d’artifices : un lieu unique, ou des lieux reliés par le trajet (mobile) des personnages qui marchent de l’un à l’autre.

Autant 10 transitions dans une réalisation de 30 minutes sont possibles, autant dans une réalisation de 10 minutes, c’est clairement improbable (sauf si l’effet recherché est la désorientation, la folie, etc … auquel cas il vous faudra avoir précédemment posé le cadre comme cité ci-dessus).



:smt023


III] Narration et narrativité [à venir...]

IV] Constructions des personnages [à venir...]


:smt020


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


Voilà, ce post est terminé. J’espère au plus haut point qu’il ait pu vous aider de quelconque manière que ce soit pour vos réalisations personnelles, et attends les plus avisées réponses de votre part. Je précise évidemment qu’il ne s’agit que de théorie ayant un aspect pratique et mise en application (bien que déjà usité par tous, la plupart du temps sans même le savoir).
Blast a écrit:
Ces tutos doivent servir de base de travail pour que chacun puisse y puiser l'une ou l'autre méthode qui peut l'aider à écrire son histoire. ...Et qu'on ait envie de l'écouter.
La connaissance des règles (et surtout du pourquoi des règles) utilisées par les pros pour garantir une bonne accroche du public peut nous servir si nous décidons de l'utiliser pleinement, ou à contre pied, tant que nous le faisons consciemment.



Je vous invite à suivre les différents tutoriaux de scénario sur les personnages, la narration ou autre, relus et corrigé par : Tibékamer

Et rappelez vous ! Prenez soin de vos cheveux !
Bink a écrit:
les conseils, il faut les prendre comme tel et non comme parole d'évangile.

Rowlan a écrit:
C’est l’ouvrier qui se sert des outils et non l’inverse

On vous donne des outils, à vous d’en faire ce que vous en voulez :) Mais rappelez vous : si vous vous passez outre ces étapes théoriques, vous devez en avoir connaissance.

----------------------------------------------------------


Relecture par : Rowlan, Tibékamer
Ajout par :
Reprises des précédents posts de : Blast, Buxley, Kradukman

Image
Disponible pour des participations dans des sagas : mp moi ! ;)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 07:44  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Administrateur
Administrateur | Administrateur | Administratrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 50 ans · 8734 posts
Inscription : 2 Janvier 07
Gros travail, malheureusement fort indigeste donc difficile à juger et même à simplement lire.
Un fractionnement par chapitres, chacun dans un post distinct, aurait (peut-être) été plus engageant au commun des lecteurs.

Image


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 07:54  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 27 ans · 506 posts
Inscription : 7 Avril 09
A travaillé sur :
Le Netophonix (Saga MP3)
World of Netophonix
Neto-Halloween 2009, 2012, et 2015.
Le Calendrier de l'Avent 2010, 2011 et 2016
Pépins Sous Le Sapin
SynopsLive (chroniqueur)

Acteur dans :
La Ligue Des Deux (Dehell & Squill)
Synapse (Flo)
Duke Niké 2 (Aslag)
Nightmare Rhapsody (Merween)
Le Netophonix (Saga MP3)
Immigration Temporelle (Thetchaff)
Duke Niké 3 (Aslag)
Kiponie Stories (Inky)
Chez Le Psy (Magoyond)
Pépins sous le sapin

La Légende de Zelda (Akin)

Fier de Voix pour :
Le Retour de Gzor (Pen of Chaos)
L'Hymne du Mortyr (JBX)
Brutalborn (Aslag)

Dessinateur de MagoYond.
Dessinateur du Calendrier de l'Avent 2010-2011-2012-2013-2014-2015 et 2016.
Ah...? Bah moi, n'ai tout lu ^^ Et j'ai trouvé ça très pertinent.
Peut-être trop théorique, mais c'est pas mal non plus de pouvoir mettre des noms sur tel ou tel procédé.
J'ai apprécié :)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 08:23  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Administrateur
Administrateur | Administrateur | Administratrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M4754 posts
Inscription : 21 Janvier 07
OpenOffice permet de produire de beaux pdf bien chapitrés (pourvu que l'on utilise correctement les différents niveaux de titres). J'avoue que cela aurait été pratique en permettant de faire de beaux renvois, des indentations potables, etc. Et puis ça permet d'avoir toujours une version avec soi devant la longueur d'une telle explication.

→ Pour accéder à un groupe, je vous encourage à contacter Blast.
→ Pour les points techniques, vous êtes au bon endroit.

:}


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 08:56  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Modérateur
Modérateur | Modérateur | Modératrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 28 ans · 1240 posts
Inscription : 9 Juin 07
A travaillé sur :
On s'fait une bouffe ?, Les terres abandonnées d'Arildis, Les échappés de Berçuel, Jacky et ses voisins, Monos MP3
Arrêtez-moi si je me trompe, mais... On ne pourrait pas trouver une place pour ça dans le wiki, dans la partie Espace Netophonique ?
Ca serait sans doute plus digeste et plus facile d'accès, non ? Plutôt que sur des posts dans un topic ?

Chroniqueur pour Les Sondiers (émission, vidéos, articles sur les techniques du son et le home studio) : http://www.lessondiers.com

Mes créations (Saga mp3, musique, etc.) : asmoth.net
  • On s'fait une bouffe ?
  • Les échappés de Berçuel
  • Les Terres abandonnées d'Arildis

Mon groupe : Couple in the Attic sur http://coupleintheattic.com


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 09:01  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Administrateur
Administrateur | Administrateur | Administratrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M4754 posts
Inscription : 21 Janvier 07
Après réécriture alors, le style ne colle pas du tout actuellement.

→ Pour accéder à un groupe, je vous encourage à contacter Blast.
→ Pour les points techniques, vous êtes au bon endroit.

:}


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 12:17  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 25 ans · 2016 posts
Inscription : 11 Mars 07
A travaillé sur :
Participations 2012 : Tanirm le bâtard assoiffé (Diwan)
Ben moi, je peux sans problème faire un pdf, et oui je sais me servir d'OpenOffice correctement pour faire des renvois de pages, des tables des matière, des post-it, des notes, des def, de la justification (c'est con à dire mais y'a jamais personne qui le fait) avec des entête et des pieds de page. Je pense pouvoir organiser tout ça.

Mais bon, valait mieux commencer par poster sur le neto je pense, parce que sinon.... qui aurait téléchargé les pdf hein ? En dehors de ceux qui savent déjà très bien écrire (donc utile à moindre mesure) ? Je pense que je ferai une version light sur un topic, avec la version longue téléchargeable. Vous en pensez quoi ?

(PS : pour ce qui est du wiki, heuuuu.... c'est quelqu'un qui s'en chargera si ça se fait ? :smt033 )

Image
Disponible pour des participations dans des sagas : mp moi ! ;)


Dernière édition par Javeldose le Ven 24 Sep 2010, 12:19, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 12:19  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Administrateur
Administrateur | Administrateur | Administratrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M4754 posts
Inscription : 21 Janvier 07
Moi, ça me semble pas mal comme option.

→ Pour accéder à un groupe, je vous encourage à contacter Blast.
→ Pour les points techniques, vous êtes au bon endroit.

:}


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 12:29  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 25 ans · 2016 posts
Inscription : 11 Mars 07
A travaillé sur :
Participations 2012 : Tanirm le bâtard assoiffé (Diwan)
Je sais pas si je vais le faire AVANT d'avoir fait mes deux grandes parties restantes. Je verrai si j'ai le temps, là, c'est un peu la mort coté emploi du temps.

Mais je prends note.

Image
Disponible pour des participations dans des sagas : mp moi ! ;)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Ven 24 Sep 2010, 12:48  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Modérateur
Modérateur | Modérateur | Modératrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 28 ans · 2098 posts
Inscription : 8 Janvier 07
Gros boulot, très intéressant pour ceux qui s'intéressent au pourquoi du comment de la théorie de tout ça. Tout comme tes "cours de photographie" :D

Cependant, tu me connais, je ne suis pas spécialement pour la théorie compliquée à ce point. Il faut toujours les théories de base, évidemment, mais ça me suffit. C'est comme pour l'audio, on pourrait calculer un mixage à la perfection pour je ne sais quoi avec d'innombrables calculs. Ou comme de la photo comme on en parlait à Aix, faire des calculs théoriques etc etc...
Mais au final, à quoi cela nous avance-t-il ? Juste à compliquer la vie des intéressés (et je ne dis pas qu'il n'y en a pas) ;)

Mais perso, je suis adepte du "l'oreille est seule juge" pour l'audio tant qu'on a un minimum de bases techniques (savoir régler un préampli, utiliser un micro et mixer), "l'oeil est seul juge" pour la photo tant qu'on a un minimum de bases techniques (savoir utiliser son appareil dans tous ses modes, savoir choisir le bon objectif en fonction du sujet à prendre) et donc, le mental est seul juge pour un scénario, toujours avec ce minimum de bases : savoir qu'une histoire se déroule avec des personnages, des péripéties, un début, une fin, des gentils, des méchants, bref... Le strict minimum.

Car pour moi (et tu ne connais que trop bien mon avis), trop de théorie tue la théorie. On peut toujours compliquer les choses dans la théorie, mais dans la pratique, si on applique toutes ces complications, on ne s'en sort simplement pas. Je crois au feeling et en l'expérience sur des bases simples. En tout cas, de ce que j'en ai vu, ça marche :D

Sinon, t'es chiant, tu vas finir par me concurrencer en longueur de "Tutoriel" :D Mais c'est un gros effort de l'avoir écrit et ça en intéressera plus d'un sur le forum ;) Après, est-ce que ça changera la qualité de leur scénario ? Seul le temps (et eux-même) nous le diront ;)

Bravo ! :smt023


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Sam 25 Sep 2010, 03:19  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 33 ans · 1582 posts
Inscription : 18 Mai 07
J'ai commencé à le lire, pis à un moment donné j'ai décroché.

C'est dommage parce que ça a l'air bien utile, le truc c'est que le format comme ça là, dans un forum, ça me perturbe. Du coup oui un petit PDF serait pas mal, en effet. Une sorte de livre blanc, quoi.

Image
N'entendez pas, écoutez.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Dim 26 Sep 2010, 23:49  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Neto-Rédacteur
Neto-Rédacteur | Neto-Rédacteur | Neto-Rédactrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 25 ans · 726 posts
Inscription : 1 Janvier 07
Y'a pas mal de termes technique, c'est très touffu (tout flamme, hahaha, haha, ha.), mais ça à l'air intéressant à lire, même si j'avoue que la quantité d'infos parait assez énrome pour rebuter quelqu'un qui n'a pas spécialement envie d'avoir un cours aussi complet la-dessus (quelqu'un qui y va au feeling, comme Celebo, et je suis du même avis que lui).

Le retour du come-back de la vengeançator of the dead XIII of de la mort 3D
(Mais en fait ça raconte ce qu'il se passe avant les douze premier opus)


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun 27 Sep 2010, 00:16  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Neto-Chroniqueur
Neto-Chroniqueur | Neto-Chroniqueur | Neto-Chroniqueuse
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 20 ans · 464 posts
Inscription : 21 Octobre 09
A travaillé sur :
Acteur :

Le Donjon de Naheulbeuk (Figurations)
Les Fiers de Voix
A Ghost's Life
La Route
PSMP3SLTàG
Duke Niké (Alien)
La Guerre de Tocoth
Et Si...
Velvorn a écrit:
J'ai commencé à le lire, pis à un moment donné j'ai décroché.


Je sens moins seul, tout d'un coup ^^

De mon coté, je suis plutôt partisant de pas trop me poser de questions et d'écrire comme ça vient, quitte à attendre. Ca à l'air extrêmement complet et pertinent mais j'aimerais bien recenser le nombre de nouveaux créateurs qui auront le courage de ne pas décrocher avant la fin.

Une version light ? Ça, c'est de l'idée !

Sur ce, bonne nuit.

Mirlipili, quoi.


Haut
 Profil  
 
Message Publié : Lun 27 Sep 2010, 01:52  −  Sujet du message : Re: Le processus d'écriture du scénario
Répondre en citant
Créateur
Créateur | Créateur | Créatrice
Avatar de l’utilisateur
GENDER_M 26 ans · 828 posts
Inscription : 24 Janvier 07
A travaillé sur :
°Créateur : - Fatae - Le Vol d'Orion - Phone : Beginning
°Acteur : - Tombe Laider : L'Ange des Ténèbres - Pélerinage - Nowhere - UniK - [DEEP] - Bad Day - Et pleins d'autres...
Bon, j'ai lu tout ce tutoriel sans décrocher, mais c'était assez compliqué. Après, à toi de voir à qui est destiné tout ça : Un débutant peut être assez rebuté par la construction de ton sujet. Il pourrait intéresser les créateurs qui veulent perfectionner leurs techniques et leurs théories en scénario, mais certaines choses sont trop basiques voire inutiles (le schéma actantiel par exemple, est utile pour la culture personnelle, mais en tant qu'outil d'écriture, il est un peu "rouillé" je trouve. ^^). Et encore une fois, ils peuvent être rebutés par la construction de ton sujet.

Mais est-ce un tutoriel qui permet d'aider le scénariste en herbe avec des outils lui permettant d'écrire une histoire bien construite, ou bien est-ce de la récitation de théories pouvant intéresser des gens qui veulent approfondir leurs connaissances du sujet ? A toi de voir, mais je pencherais pour la deuxième solution.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre:  


Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction française officielle © Maël Soucaze